People

© Michael loccisano, ARchive - Photographe : AFP/Archives

jeudi 17 mai 2018

Meghan Markle et Grace Kelly, deux actrices américaines tombées pour un prince européen

Michael loccisano, ARchive - Photographe : AFP/Archives
Montage de photos de Grace Kelly, en novembre 1973, et de Meghan en octobre 2014

Meghan Markle n'est pas la première actrice américaine à traverser l'Atlantique pour devenir une princesse européenne. Il y a plus de 60 ans, Grace Kelly disait adieu à une brillante carrière à Hollywood en épousant le prince Rainier de Monaco.

Mais l'époque a changé. Si Grace Kelly était une étoile oscarisée, icône du grand écran, Meghan Markle, qui épousera samedi le prince britannique Harry, est elle la star d'une série télé diffusée sur Netflix.

"Meghan Markle est la Grace Kelly de la génération iPhone", résume Ana Romero, spécialiste espagnole de la monarchie.

Pour l'une et l'autre, passer des strass hollywoodiens aux cours européennes signifie tirer un trait sur sa carrière. Mais si Meghan semble le faire de bonne grâce, ce fut une souffrance pour celle qui partageait l'écran avec Gary Cooper, Cary Grant ou Clark Gable.

"C'est plus simple de renoncer à sa carrière quand on est Meghan Markle, pas la plus grande star du monde. Grace Kelly était l'actrice la plus prometteuse, la plus belle de son époque. Elle avait tout Hollywood à ses pieds", estime Bertrand Tessier, auteur de la biographie, "Grace, la princesse déracinée".

"Grace l'a fait beaucoup plus à contre-coeur que Meghan qui le fait avec bonne volonté. Elle n'a pas du tout la même carrière. D'une certaine façon, elle a plafonné, peut renoncer avec plus de facilité", juge Adélaïde de Clermont-Tonnerre, directrice de la rédaction de la revue française Point de Vue.

Mme Markle a en effet annoncé qu'elle renoncera à sa carrière pour se consacrer à des œuvres humanitaires. "Ce sera un nouveau chapitre", a déclaré l'Américaine de 36 ans, qui a incarné pendant sept saisons Rachel Zane dans la populaire série "Suits".

- "Fond de misogynie" -

En revanche, "Grace a fait une longue dépression. Elle ne va jamais se remettre de cette blessure fondamentale. Son métier était sa vie. Une longue dépression émaillée de bonheurs familiaux. Elle aura toujours au fond d'elle cette blessure", rappelle M. Tessier, expliquant que le prince Rainier "n'avait aucune envie que ses sujets voient son épouse embrasser un autre homme que lui, même si c'est du cinéma".

Aucune des deux "princesses" n'était vraiment prédestinée à entrer dans le cercle des familles royales européennes aux rameaux généalogiques parfois entrecroisés. Ces profils hors-normes les ont mis à un certain moment en bute à de la méfiance, voire de l'hostilité.

Grace Kelly, née en 1929 à Philadelphie, dans l'est des Etats-Unis, a grandi dans une famille aisée, entre un père d'origine irlandaise et une mère fille d'immigrés allemands.

Meghan Markle est née à Los Angeles, sur la côte Ouest en 1981, d'un père travaillant dans le cinéma, blanc, et d'une mère assistante sociale, noire. Ses parents ont divorcé quand elle avait sept ans.

"Tout le monde à Monaco se demandait ce que Grace faisait ici. Pourquoi le prince ne se mariait-il pas à une Monégasque. Pas besoin d'une actrice d'Hollywood!" rappelle le Britannique Jeffrey Robinson, auteur d'une biographie autorisée de Grace et Rainier.

"Meghan Markle a été victime d'une extrême violence au début, d'un dénigrement sur les réseaux sociaux. A tel point que le prince a pris sa plume pour écrire un communiqué, un fait rarissime, pour demander que cesse cette campagne d'agression raciste", selon Mme de Clermont-Tonnerre.

"Grace, on en garde un souvenir parfait, idyllique. Mais elle aussi a subi des commentaires assez désobligeants, à cause de son passé, du fait qu'elle était une actrice. Il y a un fond de misogynie persistant, une sorte d'épreuve des débuts", selon elle.

La situation de Mme Markle s'est "complétement retournée depuis l'annonce des fiançailles", dit Mme de Clermont-Tonnerre.

"Il y a un engouement énorme, une passion à niveau mondial, ajoute-t-elle. Il y a tous les ingrédients du comte de fée. Une jeune femme métisse et divorcée n'était pas destinée à rentrer dans cette famille millénaire. C'est fascinant."